Secteur tourisme : Suppression du visa touristique en 2010

Secteur tourisme : Suppression du visa touristique en 2010

La crise politique que Madagascar a enduré au cours de l’année 2009-2010 a eu une grande répercussion sur le secteur tourisme. En effet, depuis l’année 2009, les touristes hésitent à partir en voyage à Madagascar et ceux qui sont quand même venus ne sont pas de tout cœur avec le droit de visa de 60 euros qu’ils doivent acquitter une fois à l’aéroport international d’Ivato. En 2009, la recette générée par ce secteur a diminué d’environ 60% de celle de 2008, soit 116 millions de DTS. Pour relancer le secteur tourisme et soutenir les opérateurs dont les tour operator Madagascar, le gouvernement a décidé d’augmenter le budget annuel du secteur tourisme de 15%, une somme qui devrait avoisiner les 30 milliards d’ariary ainsi que le maintien de la suppression du visa touristique. Cette disposition prise par le gouvernement au mois de mai 2009 a été donc prolongée d’une année selon le Grand argentier, Hery Rajaonarimampianina.

Ainsi pour cette année, les touristes ne paieront pas non plus le droit de visa une fois arrivée sur le sol malgache mais devront par contre s’acquitter d’un certain droit si leur séjour est de plus d’un mois. En effet, cette nouvelle disposition ne sera applicable que pour le tourisme de courte durée, pas plus d’un mois parce qu’en dépassant ce seuil, les touristes devront payer un visa de 100.000 ariary pour un séjour inférieur à 2 mois, de 140.000 à 200.000 d’ariary pour un séjour compris entre 2 mois à 5 ans et 250.000 d’ariary pour le visa d’un séjour de plus de 5 ans et le visa de séjour définitif. Quant à sa prorogation et le visa de sortie définitive, ces étrangers s’acquitteront d’une somme de 80.000 d’ariary. Cette initiative devrait remettre en selle le tourisme dans l’immédiat et les vacances à Madagascar surtout qu’en période normale, ce secteur génère un revenu de près de 308 milliards d’ariary.

Source : Tsiky Tour

Leave a Comment

Your email address will not be published.